La hausse des taux d’intérêt à la base de la récente correction boursière

Actualité

Avant que le mois d’octobre ne se pointe le bout du nez, les marchés boursiers américains se dirigeaient vers une année 2018 plus que satisfaisante. Au 30 septembre, le S&P 500, le Dow Jones de et le Nasdaq étaient tous en forte hausse. Deux mois plus tard, nous voici de retour à la case départ. Bien que plusieurs avancent que Trump y est encore pour beaucoup, c’est plutôt la hausse des taux d’intérêt qui a joué un rôle important.

En investissement, on calcule la valeur d’un actif selon les flux monétaires qu’il génèrera dans le futur. C’est la même chose dans le cas d’une compagnie privée, d’un immeuble à revenus ou d’une compagnie cotée en bourse. Il faut ensuite actualiser (ramener en dollars d’aujourd’hui) les flux monétaires futurs à l’aide d’un calcul simple et d’un taux d’actualisation approprié. Ce dernier est intimement lié au taux fixé par les différentes banques centrales. Plus il est élevé, plus le calcul réduira la valeur des flux monétaires futurs et par le fait même, la valeur de l’actif.

 

Exemple du calcul de la valeur de 2 actifs avec des taux d’actualisation différents:

Remarquez que la valeur actualisée de l’actif B (379$) est plus basse que l’actif A (433$) car nous avons utilisé un taux plus élevé (10% > 5%). Pour faire le parallèle avec les marchés boursiers, lorsque la réserve fédérale américaine a haussé son taux directeur de 1.50% en janvier 2018 à 2.25% aujourd’hui, elle a augmenté le rendement exigé sur les différentes classes d’actifs et a ainsi provoqué une réévaluation du marché des actions.

Est-ce que cela signifie qu’il faut se retirer du marché boursier lorsque les banques centrales amorcent une phase de hausse des taux d’intérêt? Pas du tout! Les banques centrales augmentent les taux d’intérêt lorsque la croissance économique est forte afin d’éviter une surchauffe. Qui dit croissance économique forte, dit augmentation des profits des compagnies. Et à long terme, ce sont les profits des entreprises qui soutiennent la hausse des indices boursiers. Aussi, il faut garder en tête que les taux d’intérêt ont historiquement été beaucoup plus souvent entre 3% et 5% que près de 0% comme lors des 10 dernières années. Il est donc tout à fait normal de les voir augmenter.

Nous sommes d’avis qu’il n’est pas nécessaire de prédire la direction des taux d’intérêts pour faire de l’argent en bourse. Nous croyons plutôt qu'un portefeuille bien diversifié composé de bonnes compagnies peut certainement fluctuer à court terme, mais performera bien sur le long terme. N’oublions pas que ce sont ces mêmes fluctuations qui créent des opportunités et notre travail n’est que de les identifier.

Joyeuses fêtes à tous!

L’équipe de Claret