L’économie mondiale se porte relativement bien

Lettres Trimestrielle

La plupart des marchés boursiers ont connu un bon premier trimestre. Ces bonnes performances ont, une fois de plus, été orchestrées par la tenue des ressources naturelles et des métaux. Le baril de pétrole a, en effet, dépassé la barre des 70 $US tandis que le prix de l’once d’or a grimpé au-dessus des 600 $US, un sommet qui n’a pas été atteint depuis 1981.

Le tableau suivant expose sommairement les performances des principaux indices pour le premier trimestre de l’année 2006.

  Premier trimestre
  Monnaie locale Dollars canadiens
S&P/TSX (CAN) +7.44% +7.44%
S&P 500 (U.S.) +3.73% +4.31%
Nasdaq (U.S.) +6.10% +6.70%
Europe (Euro) +8.80% +11.89%
Nikkei (Japon) +5.89% +6.46%

L’économie mondiale se porte relativement bien. L’Asie, de son côté, poursuit sa lancée sur un train d’enfer. Le PIB de la Chine continue son ascension démesurée avec une croissance de 10% pour les trois premiers mois de l’année. Plus proche de nous, on anticipe une croissance aux États-Unis de l’ordre de 4%. La croissance de l’économie canadienne devrait suivre de près.

Le huard a démontré une certaine stabilité autour des 0.86 – 0.87 $US et nous pensons que la devise canadienne devrait continuer à osciller à ce niveau pour un certain temps encore. Alors que l’économie canadienne carbure à la vigueur des ressources naturelles, c’est l’effet contraire dans notre industrie manufacturière qui est affaiblie et décimée par la robustesse de notre devise. Ce phénomène est très bien illustré dans le rapport sur l’emploi de février 2006. Les nouveaux emplois sont majoritairement originaires des provinces de l’Alberta et de la Colombie-Britanique alors que le Québec et l’Ontario continuent à se débattre avec peu de succès pour en créer.


Dans l’exercice de nos fonctions de gestionnaires de portefeuilles, une grosse partie de notre temps est consacrée à la lecture. En effet, nous lisons presque tout ce qui nous passe par les mains et qui concerne notre industrie. Nous avons pris l’habitude, au cours des dernières années, de vous faire part d’extraits et de commentaires qui touchent le marché financier, la psychologie de masse et tout autre sujet d’affaires. Nous pensons avoir appris beaucoup lors de ces lectures et nous aimerions partager avec vous ces découvertes. Quoi de mieux que les extraits originaux pour conserver l’authenticité et le contenu exact ? Et comme le disait si bien Michel de Montaigne : « Je cite les autres pour mieux m’exprimer ».

Ceux qui nous lisent religieusement ont sûrement remarqué que cette section manquait à la dernière lettre trimestrielle, soit celle de la fin de l’année 2005. Veuillez accepter nos excuses et la voici enfin.

Au sujet de la sagesse en général :

  • “ Patience is the companion of wisdom”. (Saint Augustine).

  • “ Failures are like skinned knees, painful but superficial”. (Ross Perot).

  • “ It is better to know some of the questions than all of the answers”. (James Thurber).

Au sujet de la gestion de portefeuille et les stratégies d’investissements :

  • “ Our goal is to construct portfolios that have the potential to outperform the market over an investment time horizon of 3 to 5 years without assuming undue risk. If we achieve that goal, we believe we will be doing our job, whether we beat the market each and every year or not.” (Bill Miller).

  • “ …You can’t do something every day. You can learn every day, but you can’t act every day…”. (Warren Buffett).

Au sujet des prévisions :

  • “ If you’re in the forecasting business, you’d better forecast often.” (anonymous).

  • “…There is always a list of reasons why the country will have problems tomorrow. But there is always a list of opportunities, which don’t get mentioned quite as often. So we don’t sit down and make a list of the bad things that are happening in the economy and the good things that are happening – and, therefore forecast the stock market. Such forecasts will often fail, even if you correctly forecast some of the bad things or good things.” (Warren Buffett).

Au sujet des problèmes reliés au fonds de pension de Ford et GM :

  • “…Back in the ‘60s, you did not have to account for pensions on an accrued basis. And up ‘til the early ‘90s, you didn’t have to account for healthcare on an accrued basis. So people said: “Well, if we don’t have to count it, it isn’t real”…It is a terrible mistake for managers to think in terms of accounting numbers than reality. “…Just because it hasn’t happened yet doesn’t mean that the problem isn’t real. If you jump out of a window on the 42nd floor and you’re still doing fine on the way down when you pass the 20th floor, it doesn’t mean that you don’t have a serious problem.” (Charlie Munger).

Au sujet des produits dérivés :

Ces produits sont des instruments financiers à somme nulle. C’est-à-dire que le gain d’un joueur est forcément la contrepartie de la perte d’un autre. On utilise notamment les produits dérivés pour transférer les risques d’une partie à une autre.

  • “ …It’s always fascinated me how people are able to write a derivative contract – and on both sides of it, the trader will show a profit by the end of the month…

    “ …If you can have a $5 billion mismark in one direction, while at the same time the other one has a $9 billion mismark in the other direction, I would say we’ve come a long way from Jimmy Stewart in “It’s a Wonderful Life”. (Warren Buffett).

Merci de votre confiance.

L’équipe Claret