Les recommandations des analystes? …

Actualité

"Investors Business Daily" (IBD), un journal financier américain rapportait récemment la statistique intéressante suivante:

Sur une base de 3000 titres suivis par les analystes, IBD a comparé les performances des 600 titres les plus recommandés par rapport aux 600 titres les moins recommandés. Voici les résultats:

En 2000: -24% pour les plus recommandés versus +6.4% pour les moins recommandés.
En 2001: -5.1% pour les plus recommandés versus +20.5% pour les moins recommandés.
En 2002: -20.7% pour les plus recommandés versus -16.4% pour les moins recommandés.
En 2003 (jusqu'en juillet): +30.7% versus +35.6% pour les moins recommandés.

Il est vrai, l'industrie de prédire l'avenir n'est pas évidente, vous n'avez qu'à penser à nos météorologistes par exemple. Chez Claret, notre modèle fonctionne premièrement sur des chiffres actuels plutôt que sur une série de prévision. De plus, le marché ne récompense jamais la majorité. Les vendeurs à découvert sont très nombreux et d'autres indications techniques pointent vers une prudence élevée de la part de nombreux investisseurs. Ceci nous amène à penser que pour l'instant, le risque de voir une baisse importante (plus de 10%) du marché est assez faible. Septembre et octobre risquent donc de passer sans faire trop de vague.

N'en demeure pas moins que les titres sont généralement chers, surtout les titres technologiques (Ebay est à 90 fois ses profits, Intel 40 fois, Nortel 50 fois, ..) , et qu'à la moindre mauvaise nouvelle, nous connaîtrons des temps très difficiles. En mémoire de la bulle technologique, nous aimerions suggérer de bien méditer sur la phrase suivante: "En jouant spéculativement à la bourse (par rapport à investir), si on se retire trop vite, on manque complètement le party; trop tard et on assiste à ses propres funérailles"